Les nuits de la Saint-Jean

Chronique :

Les nuits de la Saint-Jean est le troisième tome de la série. Mais on peut très bien lire ce livre indépendamment des autres.

Mise en page 1

Pour cette nouvelle enquête, on es de retour à Sandhamn en hiver, retrouvant avec plaisir Thomas Andreasson un policier attachant et Nora Linde qui va tenter de surmonter des soucis conjugaux.
Tout commence avec la disparition d’une jeune fille Lina Rosén qui est retrouvé par hasard enfoui sous la neige et la glace. L’auteur a choisi d’entremêler les chapitres et de dresser une intrigue en deux parties. Parallèlement à l’enquête, elle nous raconte l’histoire d’un enfant martyrisé par son père au début du 20ème siècle. Bien entendu les deux récits vont se rejoindre, le passé influençant le présent.

L’enquête est plaisante et la force de ce roman réside dans les personnages et cette magnifique île de Sandhamn. La description des paysages et splendide. Le style, c’est vrai, ressemble vraiment beaucoup à Camilla Läckberg, c’est frais et percutant.

En conclusion une ambiance réussie et un duo très convaincant. Découvrir l’île de Sandhamn en hiver fut un vrai bonheur. Je vais suivre la suite avec plaisir .

Résumé de l’éditeur :

Sur l’île de Sandhamn, une jeune fille a disparu au cours de la nuit. L’inspecteur Thomas Andreasson et son équipe ratissent les lieux, mais Lina Rosén est introuvable. L’enquête conclut à une noyade accidentelle. Quelques mois plus tard, Nora Linde, l’amie d’enfance de Thomas, décide de prendre quelques jours de vacances sur l’île avec ses enfants. En jouant dans la forêt, ses deux garçons font une découverte macabre : des restes humains enfouis dans un sac sous la neige. Est-il possible que ce soit le cadavre de Lina ? Et quelle est cette ombre qui menace les Rosén ? Malgré l’absence de pistes, Thomas et Nora ont un étrange pressentiment : l’assassin de Lina n’en a pas fini avec sa sinistre mission.

Viveca Sten – Les nuits de la Saint-Jean (Albin Michel 2015), (Le Livre de Poche 2016) traduit du suédois par Rémi Cassaigne.

Son titre original est « I grunden utan Skuld » (2010).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleineetoile-vide

La Reine de la Baltique

Chronique :

A travers ce premier roman de Viveca Sten nous apprenons à découvrir le duo Thomas Andreasson le policier et Nora Linde son amie d’enfance devenu juriste. L’auteur prend son temps pour poser le décor et nous décrire les différents personnages.la-reine-de-la-baltique

On fait la connaissance de Thomas qui vient d’intégrer la section criminelle de Nacka. C’est un policier attachant et sympathique mais torturé par son divorce, suite à la mort subite de sa fille de trois mois. Malheureux, il se réfugie dans son travail. Nora est une brillante juriste qui se pose beaucoup de questions concernant son couple, sa vie, sa famille et son avenir professionnel. Ce duo est très complémentaire.

Alors c’est vrai que je t’ai trouvé l’intrigue un peu classique, sans grand suspense ni rebondissements. Mais la force de ce livre réside avant tout dans la description des lieux, l’auteur nous fait partager la beauté de cet archipel de la baie de Stockholm. Après avoir lu ce livre, on se verrai bien passer quelques jours de vacances sur l’île de Sandhamn.

C’est un livre plaisant, mais j’attends vraiment de voir ce que donne la suite.

Résumé de l’éditeur :

Un corps retrouvé sur une plage de l’île de Sandhamn, au large de Stockholm… Suicide ? Noyade ?… L’inspecteur Thomas Andreasson, un habitué de ce petit bout de terre jusqu’alors paradisiaque, est chargé de l’enquête. Nora Linde, une amie d’enfance devenue avocate et dont la perspicacité est redoutable, lui propose son aide. Mais l’été vire au cauchemar quand une femme est assassinée dans sa chambre d’hôtel. Et si, désormais, plus personne n’était à l’abri ? Avec les enquêtes d’Andreasson et Linde qui ont fait d’elle une véritable star en Suède, Viveca Sten s’impose comme une des nouvelles grandes voix du polar nordique.

Viveca Sten – La Reine de la Baltique (Albin Michel 2013), (Le Livre de Poche 2014) traduit du suédois par Rémi Cassaigne.

Son titre original est « I de lugnaste vatten » (2008).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-videetoile-vide