Encres de Chine

Chronique :

C’est mon premier livre de cet auteur que je découvre.  Le plus important dans ce roman n’est pas l’intrigue, la partie polar est un peu mise à l’écart, il y a peu de rebondissements dans l’enquête, il ne faut pas s’attendre à un thriller palpitant. L’important dans ce livre est ailleurs. L’enquête nous permet plutôt de découvrir la ville de Shanghai et nous parle de la révolution culturelle. La Chine des années 90 est la rencontre entre le capitalisme et le communisme, elle est en pleine mutation. Les restaurants d’Etat ont du mal à faire face à la concurrence des restaurants privés. encres-de-chine

L’inspecteur principal Chen, qui est également un formidable traducteur et un homme de lettre, apporte une note de culture chinoise très encré dans les traditions.

On découvre la vie des différents personnages par rapport à leur statut et leur raison social, on ressent l’écart très net entre les pauvres, les oubliés du communisme et ceux qui essayent de suivre un vent nouveau. On note que les habitants des Shikumen ont tous une autre opinion et vision de cette révolution et de son impact négatif sur la Chine.

L’auteur nous fait part également des horreurs qu’a engendré cette révolution culturelle.

La gastronomie est elle aussi mise en avant à de nombreuses reprises, dans différents restaurants, on y découvre plein de plats très étonnant qu’on ne connaît pas en Europe.

En tout cas si vous êtes adepte du dépaysement et que vous avez envie de découvrir une autre culture n’hésitez pas ce livre est pour vous. L’environnement et le contexte font qu’on se passionne de suite pour cette histoire.  Avec plaisir je découvrirai d’autres enquêtes de l’inspecteur principal Chen.

Résumé de l’éditeur : 

Une ex-garde rouge devenue dissidente est retrouvée assassinée. Une enquête délicate à mener pour l’inspecteur- Chen et son adjoint Yu… Le gouvernement souhaite en effet étouffer l’affaire et fait pression sur la police pour qu’un coupable soit rapidement arrêté. Chercheraient-ils à faire croire que l’affaire n’a rien de politique, en dépit du lourd passé de la victime? Après Mort d’une héroïne rouge et Visa pour Shanghai, voici de nouveau nos deux enquêteurs plongés dans tes secrets de la Chine rouge.

Qiu Xialong – Encres de Chine (Liana Levi 2004), (Points Policier 2006) traduit de l’anglais par Claire Mulkai.

Son titre original est « When Red Is Black » (2004).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleineetoile-vide

Publicités