Les Impliqués

Chronique :

Les Impliqués est le premier opus de la trilogie Teodore Szacki, le personnage créé par l’auteur polonais Zygmunt Miloszewski. Me voici donc embarqué en direction de Varsovie la capitale de la Pologne. les impliqués

Au milieu de la grisaille et de l’architecture assez austère de Varsovie on va faire la connaissance de notre personnage principal le procureur Teodore Szacki. Tout d’abord il faut savoir qu’en Pologne le système judiciaire est différent du nôtre. C’est le procureur qui mène l’enquête et qui sollicite la police. Teodore Szacki qui approche de la quarantaine est un homme assez simple avec ses doutes, ses défauts et ses tentations. Il est marié à Weronika avec qui ils ont eu une fille Hela qui va bientôt fêter ses 8 ans. Il est en pleine crise et se pose beaucoup de questions sur sa vie en général, son couple et sa carrière professionnelle de procureur fonctionnaire. Un dimanche matin il est appelé sur une scène de crime dans un ancien monastère situé en plein centre de Varsovie. Lors d’une thérapie de groupe dirigé par le docteur Cezary Rudzki un adepte de la constellation familiale, Henryk Telak a été retrouvé mort, une broche à rôtir enfoncée dans l’œil. Pour les besoins de l’enquête le procureur va devoir creuser et gratter dans l’histoire de son pays, il va tomber sur des dossiers encore bien présent de nos jours. Entre intimidation, menace, corruption et règlement de compte, tout ça sous fond de service secret et communisme, Teodore va être servi.

Le style de l’auteur est simple et efficace. Il nous entraîne dans les rues de Varsovie avec une telle aisance que l’on s’y croirait. On sent qu’il connaît parfaitement cette ville. Le mélange entre l’enquête, le personnage principal, la culture et l’histoire polonaise est très réussi.

Une fois passé le temps d’adaptation aux noms des différents protagonistes de l’histoire, on se laisse très vite embarquer dans ce thriller dépaysant. Je vais bien sûr lire avec plaisir la suite des aventures du procureur Teodore Szacki.

Résumé de l’éditeur :

Varsovie, 2005. Sous la houlette du docteur Rudzki, quatre patients ont investi l’ancien monastère de la Vierge Marie de Czestochowa. Entre huis clos et jeux de rôles, cette nouvelle méthode de thérapie de groupe, dite « Constellation familiale », ne manque pas d’intensité. Au point qu’un matin, l’un d’entre eux est retrouvé mort au réfectoire, une broche à rôtir plantée dans l’oeil…
Pour le procureur Teodore Szacki, l’expérience est allée trop loin. À moins qu’elle n’ait réveillé un passé enfoui, que la Pologne se tue à essayer d’étouffer…

Zygmunt Miloszewski – Les impliqués (Editions Mirobole 03/10/2013), (Pocket 08/01/2015)  traduit du polonais par Kamil Barbarsk.

Son titre original est « Uwikłanie » (2007).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

Publicités

Entretien avec Nicolas Lebel – De cauchemar et de feu

de cauchemar et de feu

 

1) Pourriez-vous vous présenter en quelques mots pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

Je suis Nicolas Lebel, mammifère carnivore, amateur de Côte du Rhône septentrional et de whisky Islay, globe-trotter quand je suis en fonds, sédentaire quand la flemme me taquine. J’ai publié à ce jour quatre romans policiers.

2) Quel est l’écrivain qui a fait de vous un écrivain ?

J’admire de nombreux auteurs devenus classiques. J’ai été façonné par nombre d’entre eux. J’aime Shakespeare, Faulkner, Hugo, Maupassant, Baudelaire, Eco… Ils sont très nombreux. Comment en choisir un ? Comment ne pas blesser les autres ? Je pense à Goethe en particulier qui est très rancunier…

3) Votre dernier roman « De Cauchemar et de feu » parle en partie de politique et de religion, quels messages vouliez vous faire passer ?

Je préfère ne pas avoir à expliquer les messages. On aura compris que je travaille sur la radicalisation et le terrorisme dans ce roman. On y rencontre un jeune homme fragile qui, sous la houlette d’un religieux, se radicalise et finit par poser des bombes. Une histoire d’une sordide banalité aujourd’hui si ce n’est que nous sommes en Irlande du Nord en 1966… Quant aux vérités ou messages que les lecteurs y trouveront, je leur laisse cette liberté !

4) Vous êtes-vous rendu en Irlande du Nord pour décrire avec autant de précision tous ses lieux que l’on découvre dans « De cauchemar et de feu » ?

J’ai habité en Irlande quelque temps et l’ai eu l’occasion de traverser l’Irlande du Nord à deux reprises. La première fois en 92, à une période où les soldats britanniques vous mettaient en joue à tous les coins de rue, la deuxième fois dans une Ulster plus apaisée. C’est un pays que je connais bien, où j’ai pu faire de nombreuses rencontres, et auquel je reste très attaché aujourd’hui. J’imagine que ça se sent à la lecture ! Je suis un irlandophile pratiquant. J’ai eu ensuite la possibilité de travailler sur archives notamment vidéo, la télévision irlandaise laissant un libre accès à son fond. Une manne précieuse !

5) Est-ce qu’on retrouvera le capitaine Daniel Mehrlicht dans un prochain livre?

Mehrlicht est un personnage récurrent qui m’accompagne depuis le début. J’écris en ce moment le cinquième opus de ses enquêtes. Je pense qu’il prendra ensuite quelques vacances.

6) De quoi, au jour d’aujourd’hui, êtes-vous le plus fier dans vos livres ?

Je suis particulièrement fier de l’engouement qu’ils suscitent auprès d’un lectorat toujours plus nombreux. C’est bien sûr la finalité principale de l’écriture que d’être lu. Mais le retour des lecteurs est assez dopant. Mehrlicht, plus que moi, a son fan club ! Et j’en suis très content.

7) Que vous interdisez-vous de glisser dans vos romans ?

Je n’ai pas de fascination pour la violence. Je crois qu’on ne verra donc pas de scènes « gore », même si on me dit parfois que mes ellipses sont bien pires…

8) Une citation que vous emmenez partout ?

Soyons heureux en attendant la mort (Desproges)

Lien vers la chronique du livre

Merci à Nicolas Lebel pour avoir répondu aux questions de la Caverne du Polar. J’espère vous avoir permis de découvrir un peu plus cet auteur et si ce n’est pas déjà fait de découvrir son roman.

 

AVT_Nicolas-Lebel_389

Biographie de Nicolas Lebel

Né à Paris, Nicolas Lebel est linguiste, traducteur et enseignant. Il publie en 2013 son premier roman noir (L’heure des fous, éditions Marabout), plongée abyssale dans l’univers des SDF. Après Le jour des morts (Marabout, 2014) puis Sans pitié ni remords (Marabout, 2015), il publie De cauchemar et de feu (Marabout, 2017) dans lequel il nous entraîne sur la piste d’un assassin pyromane, un monstre né dans les années 70 de la violence des affrontements en Irlande du Nord, qui sème incendie, chaos et mort dans son sillage, et revient aujourd’hui rallumer les feux de la discorde à travers la capitale.

Grossir le ciel

Chronique :

Je découvre Franck Bouysse avec Grossir le ciel. Cela fait longtemps que Franck Bouysse est dans ma PAL et je suis très content d’avoir enfin lu un de ses romans. Bienvenue dans ce huis clos à ciel ouvert situé dans les Doges, un lieu dit qui se trouve en pleine montagne Cévenole. Couverture-de-Grossir-le-ciel-de-Franck-Bouysse

Très vite on fait la connaissance de Gus, un quinquagénaire vivant seul avec son chien Mars dans sa ferme familiale isolée en pleine campagne. Son seul et unique voisin est Abel lui aussi propriétaire d’une ferme. Ce sont deux paysans rustres et solitaires qui cachent avec pudeur leurs blessures respective. Ils vivent au rythme des saisons et mènent une vie d’une autre époque. Amis sans vraiment l’être, ils s’aident mutuellement quand cela est nécessaire. Un matin de janvier Gus prend son fusil et part chasser la grive. Mais au moment où il s’apprête à tirer, il entend des coups de feu qui proviennent du côté de chez Abel. Il décide donc d’aller voir ce qui s’est passé, mais n’est pas le bienvenue. Plus tard son chien se fait attaquer. A partir de ce jour là plus rien ne sera jamais comme avant dans la vie de Gus. Certains secrets de famille enfouies depuis des décennies vont refaire surface pour le meilleur et/ou le pire.

Franck Bouysse nous emmène dans ce monde paysan avec brio. Les personnages sont attachants et les dialogues sont d’une grande efficacité. Ce roman nous parle de la vie en milieu rurale et aborde les thèmes de la solitude, de l’isolement, de la précarité et de la nostalgie tout cela dans une ambiance très sombre. La plume de l’auteur est simple et  poétique. Un récit empli d’une justesse sidérante.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire Grossir le ciel. C’est un roman âpre, dur et sec comme la vie peut l’être des fois. Et à la fin ce magnifique titre prend vraiment tout son sens. Un très bon roman noir rural, court mais d’une grande intensité, magnifiquement écrit.

Résumé de l’éditeur :

L’ abbé Pierre vient de mourir. Gus ne saurait dire pourquoi la nouvelle le remue de la sorte. Il ne l’ avait pourtant jamais connu, cet homme-là, catholique de surcroît, alors que Gus est protestant. Mais sans savoir pourquoi, c était un peu comme si l’ abbé faisait partie de sa famille, et elle n est pas bien grande, la famille de Gus. En fait, il n’ en a plus vraiment, à part Abel et Mars. Mais qui aurait pu raisonnablement affirmer qu’ un voisin et un chien représentaient une vraie famille ? Juste mieux que rien. C’ est justement près de la ferme de son voisin Abel que Gus se poste en ce froid matin de janvier avec son calibre seize à canons superposés. Il a repéré du gibier. Mais au moment de tirer, un coup de feu. Abel sans doute a eu la même idée ? Non. Longtemps après, Gus se dira qu’ il n aurait jamais dû baisser les yeux. Il y avait cette grosse tache dans la neige. Gus va rester immobile, incapable de comprendre. La neige se colore en rouge, au fur et à mesure de sa chute. Que s est-il passé chez Abel ?

Franck Bouysse – Grossir le ciel (La Manufacture de Livres 09/10/2014), (Livre de Poche 06/01/2016)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

Entretien avec Olivier Norek – Entre deux mondes

olivier-norek-livre

J’apprécie beaucoup le travail de cette auteur, c’est donc pour moi un très grand plaisir de vous proposer cet entretien.

1) Qu’est ce qui vous a poussé à écrire sur la « Jungle » de Calais ?

C’est une double envie. Côté polar, je voulais écrire une enquête dans le seul endroit où les flics en France ne peuvent absolument pas enquêter : un camp de réfugiés. Tout simplement parce que les cinq piliers de l’enquête ne sont pas disponibles : le témoignage (personne ne veut parler aux policiers dans un camp de réfugiés), puis les empreintes digitales et l’ADN (personne n’est répertorié ni fiché), les réseaux sociaux et mail, puis la téléphonie (là bas, tous les migrants ont un téléphone pré-payé sans identité). Le seul pilier d’enquête qui reste, le sixième, c’est le flair, comme pour les cinq sens, le sixième est l’intuition… Mais dans une procédure écrite comme l’est celle en France, le flair ne fait pas office de preuve. La seconde envie était de retourner à mes racines de petit fils de migrant et de raconter l’histoire qu’a probablement vécue en partie mon grand père, celle, éternelle, des réfugiés.

2) Vous êtes-vous rendu sur place pour décrire avec tant de précision tout ses lieux que l’on découvre dans « Entre deux mondes » ?

Bien sûr. Je ne me serais pas permis d’écrire un roman sur un sujet si sensible sans y avoir vécu un minimum. J’y suis donc resté plusieurs semaines, je me suis posé là, comme une caméra, prêt à enregistrer. Je n’ai jamais provoqué ces instants de confidence, je les ai laissés naître et je les ai écoutés.

3) A quel point avez-vous été touché et marqué vous même par cette expérience ?

Si l’on considère que Entre 2 Mondes n’est pas facile à lire à cause des émotions qu’il génère, je vous promets qu’il n’a pas non plus été un roman facile à écrire. C’est aujourd’hui une histoire qui me dépasse, un roman qui est devenu bien plus important que son auteur. C’est un sentiment bizarre que de créer quelque chose qui ne nous appartient plus.

4) Ce roman parle d’une thématique sociale très forte, des migrants, des conditions de travail des policiers sur place, quels messages vouliez vous faire passer ?

Aucun. Le lecteur fait comme il veut. Je lui raconte une histoire, vraie, sans fantasmes ni caricature, c’est à lui ensuite, avec les informations qu’il a, de se faire sa propre idée sur la situation. Ce n’est pas un livre de professeur, ni de journaliste. C’est un roman réel, qui ouvre certaines portes et c’est au lecteur de choisir s’il franchit le pas, ou s’il en reste juste au polar.

5) De quoi, au jour d’aujourd’hui, êtes-vous le plus fier dans vos livres ?

L’enfer c’est les autres. Je ne suis pas fier de mes livres, je suis fier du regard que les lecteurs portent dessus. Lorsque j’étais flic, mon moteur était la victime. Aujourd’hui, mon moteur, ce sont les lecteurs. Quand je suis devant la page blanche, la seule question que je me pose est : « comment faire prendre le plus de plaisir possible à celui ou celle qui a cette histoire entre les mains ».

Lien vers la chronique du livre

Merci à Olivier Norek pour avoir répondu aux questions de la Caverne du Polar. J’espère vous avoir permis de découvrir un peu plus cet auteur et si ce n’est pas déjà fait de découvrir son roman.

 

olivier-norek

Biographie de Olivier Norek

Né à Toulouse en 1975, Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche de la Sous-Direction de la Police Judiciaire (SDPJ) en Seine Saint-Denis, et auteur de trois polars magistraux, chocs, tendus, électrisants, dans lesquels le capitaine Victor Coste se débat, aux frontières des crimes et de la violente folie.
De Code 93 (Michel Lafon, 2013) au fameux Surtensions (Michel Lafon, 2016, prix du polar européen du magazine Le Point), en passant par le vertigineux Territoires (Michel Lafon, 2014), Olivier Norek n’a de cesse de nous mettre face à la très réelle violence, avec un relief propre à celui qui connaît le terrain de très près.
Olivier Norek a travaillé à l’écriture de la sixième saison de la série Engrenages.
Son nouveau roman, Entre deux mondes (Michel Lafon, octobre 2017), met de coté son personnage fétiche et nous plonge dans la jungle de Calais.

 

Ne fais confiance à personne

Un grand merci aux Editions Sonatine pour cette lecture.

Chronique :

Je découvre enfin Paul Cleave, auteur Néo-Zélandais très célèbre, avec son dernier roman Ne fais confiance à personne. C’est parti pour un thriller psychologique. Direction Christchurch en Nouvelle-Zélande. paul-cleave-ne-fais-confiance-c3a0-personne-sonatine

On fait la connaissance de Jerry Gray mieux connu sous le pseudonyme de Henry Cutter, auteur prolifique de romans policier. Il est marié à Sandra, ensemble ils ont une fille Eva qui va bientôt se marier et qui réussit à vivre de sa musique. La vie de Jerry bascule lorsqu’à 49 ans il apprend qu’il est atteint d’un Alzheimer précoce, « le capitaine A » comme il appellera lui même sa maladie. Lorsque celle-ci s’installe, il ne sait plus vraiment  qui il est et mélange ses écrits de fiction avec la réalité. Il va même se mettre à affirmer qu’il a tué plusieurs femmes. Mais bien sûr personne ne le prend au sérieux avec sa maladie et connaissant son métier. L’histoire oscille continuellement entre la réalité actuelle du Jerry au présent cloîtré dans une maison de santé et les extraits  de ses écrits dans son « carnet de la folie » dans lequel il s’adresse au Jerry du futur. On est en plein cœur de cette maladie qui ronge la vie de Jerry et on ressent à quel point c’est horrible à vivre. La perte de la mémoire, l’oubli de son passé et des choses auxquelles on tient le plus, est très certainement l’une des choses les plus terrifiantes qui puissent nous arriver!

Quel travail de recherche impressionnant de l’auteur, pour maîtriser et faire ressortir cette pathologie sans tomber dans l’excès et les clichés. J’ai beaucoup aimé la plume de Paul Cleave. Il joue avec le lecteur afin de semer le trouble. On ne sait plus vraiment qui croire ou pas. Car entre réalité et fiction, la frontière est difficile à percevoir. D’où l’excellent titre du livre Ne fais confiance à personne !

La force de ce roman passe par la plongée au sein même de cette pathologie. Paul Cleave a su rendre ce récit d’un réalisme implacable. Il alterne parfaitement les moments de lucidité et de confusion qui rythme la vie des personnes atteintes de cette maladie. C’est un roman réussi et maîtrisé de bout en bout. Je lirai avec plaisir ses autres romans. C’est une belle découverte.

Résumé de l’éditeur :

Il y a pire que de tuer quelqu’un : ne pas savoir si on l’a tué. Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes et favoriser un passage à l’acte aux conséquences funestes. Eux les premiers, qui pensent connaître toutes les ficelles du crime parfait, ne sont pas à l’abri de faire de leurs fictions une réalité.

Prenez par exemple Jerry Grey, ce célèbre romancier, qui ne sait plus très bien aujourd’hui où il en est. À force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation ? Dans cette institution où on le traite pour un alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ses moments de démence qu’il est persuadé d’avoir commis des crimes ? Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau commence à se resserrer. Mais, comme à son habitude, la vérité se révèlera bien différente et bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer !

Paul Cleave – Ne fais confiance à personne (Sonatine 31/08/2017) traduit de l’anglais (Nouvelle-Zélande) par Fabrice Pointeau.

Son titre original est « Trust No One » (2015).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide