L’homme chauve-souris

Chronique :

L’homme chauve-souris est le premier tome de la saga « Harry Hole » l’inspecteur Norvégien de Jo Nesbø. Pour ce premier livre, direction non pas la Norvège, mais Sydney en Australie. l'homme chauve souris

On fait très vite la connaissance de l’inspecteur Harry Hole, un flic d’une trentaine d’année, ancien alcoolique un peu paumé et désabusé. Après une bavure il est volontairement éloigné par sa hiérarchie et envoyé à Sydney pour enquêter sur le meurtre d’une compatriote retrouvée étranglé. Harry débarque donc dans ce pays qui lui est complètement inconnu sans savoir où il va mettre les pieds. Ce qui semble être une simple enquête de routine va se révéler bien plus compliqué que prévu. Pour cela il sera aidé sur place par Andrew Kensington un policier d’origine aborigène grand et costaud avec qui il va très vite se lier d’amitié. Andrew va lui raconter des légendes sur l’histoire de son peuple et lui faire rencontrer des personnages étranges. Les pistes ainsi que les rebondissements seront multiples.

Avec ce premier tome l’auteur pose les bases de son personnage Harry Hole. On découvre son passé, sa vie, ses doutes. Mais il nous plonge également dans la culture aborigène de l’Australie.

En résumé Jo Nesbø est très bon et le point fort est sans aucun doute Harry Hole le personnage principal. Mais j’ai beaucoup moins aimé l’ambiance et l’intrigue. L’enquête tourne en rond et pour moi le dénouement est trop rapide. Mais je lirai quand même la suite des aventures de Harry Hole avec plaisir.

Résumé de l’éditeur :

Une jeune Norvégienne est retrouvée morte au pied d’une falaise en Australie. L’inspecteur Harry Hole est envoyé sur place par sa hiérarchie, soucieuse de l’éloigner suite à un événement tragique, pour assurer la liaison entre Oslo et la police locale. Plongé dans la culture aborigène alors qu’il est prié de rester en retrait de l’enquête, il tombe sous le charme d’une Suédoise et lui dévoile peu à peu son passé.
Mais les meurtres sauvages se multiplient jusqu’à toucher Harry de près. Impliqué personnellement dans cette affaire, il se lance dans une traque acharnée, au risque de sombrer.

Jo Nesbø – L’homme chauve-souris (Editions Gaïa 02/2002), (Folio Policier, 2005, 2012, 27/03/2014, 09/02/2017) traduit du norvégien par Elisabeth Tangen et Alex Fouillet.

Son titre original est « Flaggermusmannen » (1997).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleineetoile-vide

Publicités

L’expédition

Un grand merci aux Editions Gaïa pour cette lecture.

Chronique :

Mettez vos gants, votre polaire et votre bonnet, nous partons direction Longyearbyen sur l’archipel du Svalbard. L’expédition de Monica Kristensen nous emmène sur cet archipel Norvégien situé à la limite de l’océan Arctique et de l’océan Atlantique. l'expedition-kristensen

Quatre amis d’enfance formant deux couples, Karsten et Karin ainsi que Mads et Camilla, décident de monter une expédition dans le but d’atteindre le Pôle Nord. C’est ainsi que l’archipel du Svalbard a été choisi comme point de départ de cette expédition. Mais monter un projet d’une telle ampleur n’est pas si facile, il faut des sponsors, du matériel, de l’entraînement et surtout de l’expérience. Plusieurs semaines après leurs départ, les membres de l’expédition adressent un message de détresse à la police de Longyearbyen à cause d’un ours polaire. C’est ainsi que l’inspecteur Knut Fjeld un homme sérieux et posé, va se rendre sur place avec l’hélicoptère de secours. Une fois sur place il ne découvre pas de trace d’ours, mais des chiens mourants ou déjà mort, ainsi que Svein le musher qui est très malade.  Il prends donc la décision de faire évacuer Svein et le seul chien qui tient encore debout. Lui, restera sur place. Quelque chose lui dit que tout ça n’est pas normal. S’en suivra un huit clos plein de rebondissements au beau milieu de la banquise de l’Arctique. Ce qui devait être une expédition au départ va se transformer en une véritable catastrophe.

Grace à une alternance et un mélange des chapitres de avant/après le départ de l’expédition on comprend mieux d’où viennent les tensions et les problèmes. L’organisation du récit nous permets ainsi de mieux connaître la personnalité de chacun des membres qui font partie du groupe. On apprend comment l’expédition à vu le jour, comment elle a été financée et organisée.

Les descriptions sont précises, on se sent gagné par ce froid glacial et on ressent leur impuissance face à cette nature hostile. L’auteur connaît très bien son sujet puisque c’est une glaciologue qui fut d’ailleurs la première femme à avoir dirigé une expédition en Antarctique.

C’est un roman qui nous démontre la complexité d’une telle expédition et surtout de quoi est capable l’être humain pour arriver à ses fins. Je conseil à tout le monde de lire ce roman que j’ai adoré,  vous allez vraiment avoir froid dans le dos.

Résumé de l’éditeur :

L’inspecteur de police Knut Fjeld est en poste dans l’archipel du Svalbard. Il reçoit un appel au secours en provenance du 87e parallèle nord. Une expédition norvégienne est touchée par une épidémie inexplicable qui frappe hommes et chiens. Le chef de l’expé­dition refuse cependant d’abandonner : le but, le pôle Nord, doit être atteint à tout prix. Knut Fjeld est un homme expérimenté et n’a guère le choix. On le dépose en plein désert arctique pour rejoindre cette expédition à la dérive, et la pression ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que les hommes s’approchent du pôle. Dans l’ombre guette un danger dont personne ne peut imaginer l’envergure.

Monica Kristensen – L’expédition (Gaïa Polar 29/10/2016) traduit du norvégien par Loup-Maëlle Besançon.

Son titre original est « Ekspedisjonen » (2014).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleineetoile-vide

Pour le meilleur et pour le pire

Chronique :

C’est le second roman mettant en scène le privé Varg Veum. Ce roman se situe à la fin des années 1970. Varg Veum est un ancien assistant social qui a divorcé et qui tourne à l’Aquavit. Il est le détective à l’image « anti-héros » et solitaire qui se trouve toujours au mauvais endroit au mauvais moment. pour-le-mielleur-et-pour-le-pire

Notre détective n’ayant pas grand chose à faire, va rendre service à Roar un jeune garçon de 8 ans. Il va aller lui récupérer son vélo qui lui a été volé par Joker un malfrat sans repères qui fait régner sa loi avec sa bande dans une banlieue de Bergen. S’en suivra une multitude de rencontres, mais l’histoire va très vite se compliquer lorsque Wenche Andresen, la mère de Roar, sera accusée d’un meurtre. L’intrigue est somme toute banale et le dénouement n’est pas des plus surprenant mais Gunnar Staalesen reste dans le réel, le quotidien, l’intime. Il a voulu nous parler de la ville, de la banlieue et de ses habitants. Ce livre est prétexte à des réflexions sur l’amour, le couple, l’adultère ainsi que la solitude.

Ce roman nous permet également de mieux comprendre et cerner ce personnage très complexe qu’est Varg Veum. L’auteur mélange avec un grand talent l’humour, la poésie et le cynisme. Le ton sonne juste. C’est un roman noir très correct.

Résumé de l’éditeur :

 » Nous avons Roar. Tu sais où tu peux le trouver. Si tu préviens les flics, on le tue.  » Varg Veum, ancien salarié à la protection de l’enfance du port de Bergen, devenu détective privé par défaut et détesté des forces de police, n’avait pas besoin de cette nouvelle affaire de kidnapping pour nourrir son vague à l’âme. Roar n’a pas dix ans. Les ravisseurs, menés par un adolescent psychopathe, n’ont plus guère de limites. Tous vivent dans des tours aux galeries sans fenêtre, aux sous-sols murés et trichent, en périphérie de la ville, avec un avenir sans lendemain. Veum, en s’enfonçant dans cette réalité, va une nouvelle fois donner toute la mesure de son humanisme. D’autant que quelques heures plus tard, c’est à la mère de Roar d’être accusée de meurtre…

Gunnar Staalesen – Pour le meilleur et pour le pire (Gaïa/Polar 2002, 2012), (Folio Policier 2005) traduit du Norvégien par Elisabeth Tangen et Alexis Fouillet.

Son titre original est « Din, til døden » (1979).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-videetoile-vide