Le Signe des quatre

Chronique :

Le Signe des quatre est la seconde enquête de Sherlock Holmes écrite par Arthur Conan Doyle. On y retrouve avec plaisir le duo Holmes/Watson.

9782253098126fsUne jeune femme du nom de Mary Morstan vient faire part de son problème à Holmes et lui demande de l’aide qu’il va bien entendu accepter. L’enquête sera passionnante avec une affaire de trésor perdu, un héritage, des meurtres, des disparitions. L’histoire est dépaysante et l’intrigue très originale.

Sherlock Holmes est un personnage mystérieux et attachant, qui séduit par son intelligence et son arrogance. Il possède un sens de l’analyse très développé. C’est à mon sens un personnage que tout fan de polar doit avoir lu au moins une fois. La force de ce récit réside dans l’explication du cheminement ayant conduit le coupable à commettre son crime. On connaît ainsi son histoire et ses motivations.

Arthur Conan Doyle à une méthode de narration que j’apprécie énormément et je ne peux que conseiller à tous de lire cette aventure exotique pleine de rebondissements.

Résumé de l’éditeur :

Chaque année, la jeune Mary Morstan, dont le père, officier dans l’armée des Indes, a disparu depuis longtemps, reçoit par la poste une perle. Le jour où une lettre lui fixe un mystérieux rendez-vous, elle demande au célèbre Sherlock Holmes de l’accompagner…
Cependant que le bon Dr Watson est conquis par le charme de la jeune fille, nous nous enfonçons dans une des plus ténébreuses énigmes qui aient été offertes à la sagacité du détective. L’Inde des maharajahs, le fort d’Agra cerné par les Cipayes révoltés, le bagne des îles Andaman sont le décor de l’extraordinaire aventure que Holmes va reconstituer, et qui trouvera sa conclusion dans les brouillards de la Tamise…
Une des plus fameuses aventures de Sherlock Holmes, publiée pour la première fois en 1889.

Arthur Conan Doyle – Le Signe des quatre (Le Livre de Poche 1995, 2005, 2008, 2015), traduit par Michel Landa.

Son titre original est « The sign of four » (1889).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleineetoile-vide

Publicités

Dix Petits Nègres

Chronique :

Je me suis plongé dans ce classique du polar publié en 1939, avec envie et plaisir. Bien sûr c’est un roman reconnu comme un chef d’oeuvre d’intrigue et de suspense et je dois l’avouer c’est le cas. 10-petits-negres

Dès le début on se retrouve littéralement happé par l’histoire. On essaye de mettre nous même la main sur le coupable. D’ailleurs tout les personnages semblent suspect jusqu’au moment où leur propre mort les innocente les un après les autres. En tant qu’amateur de polar on ne peut pas lâcher ce livre avant d’en connaître le dénouement. Ce roman parle d’une confrontation entre dix personnes réunis sur une même île, chacun à tour de rôle sera l’accusé, l’avocat, le suspect et la victime. Ils sont confrontés à leurs passés et à leurs culpabilité et tout cela au sein d’un huit clos mortel!

La force de ce livre c’est qu’il arrive pleinement à tenir le lecteur en haleine alors que très vite on sait bien que les un après les autres vont être assassiné, comme le dit la comptine d’enfant affiché dans les chambres. Agatha Christie a le sens du détail, l’intrigue est bien construite, rien n’est laissé au hasard. Elle maîtrise vraiment tout les codes du roman à énigme à la perfection.

Ce roman on le vit, en tant que lecteur on incarne tous le onzième personnage. C’est un classique incontournable à lire ou à relire. Agatha Christie est vraiment à la hauteur de sa réputation, elle a fait du crime un art délicieux dont nous sommes nous même en tant que lecteur ses complices.

Résumé de l’éditeur :

En a t’on parlé de l’Ile du Nègre ! Elle avait, selon certains bruits, été acheté par une star hollywoodienne. Quelques journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultra-secrètes. On avait aussi parlé d’un richissime Yankee… Bref, quand ils reçurent sans savoir de qui, cette invitation à passer des vacances à l’Ile du Nègre, tous les dix, du juge au play-boy en passant par la secrétaire accoururent. Mais, à l’Ile du Nègre, l’hôte mystérieux était absent et, dès le premier soir, un disque était placé sur le gramophone, les accusant chacun d’un crime. La panique s’empare des invités…

Agatha Christie – Dix petits nègres (Hachette 1939, 1977), (Librairie des Champs-Elysées 1940, 1947, 1958, 1977), (Livre de Poche 1971, 1976, 1986, 1992, 2002, 2006, 2011), (Editions du Masque 1993, 1994, 2004, 2008, 2015) traduit de l’anglais par Louis Postif et plus tard par Gérard de Chergé.

Son titre original est « Ten Little Niggers » (1939).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-vide

 

Le Chien des Baskerville

Chronique :

Sherlock Holmes est chargé de protéger Sir Henry de Baskerville, qui est le dernier survivant d’un clan maudit par un chien venu de l’enfer. Mais Holmes étant retenu à Londres par diverses affaires, il envoie le Docteur Mortimer pour veiller sur lui. le-chien-des-baskerville

Ce qui frappe dans ce roman c’est son côté surnaturel, fantastique, l’ambiance y est froide, austère et oppressante. Le manoir, cet épais brouillard anglais très bien utilisé par l’auteur, ainsi que la présence d’un bagnard évadé rodant dans cette lande obscur donne un côté sinistre au décor.

L’intrigue est prenante, les personnages sont charismatique, le style est fluide et agréable à lire. La narration est maitrisée tout s’enchaîne en totale harmonie, sans qu’il y ai de réel temps mort. Le dénouement est parfaitement amené.

J’ai adoré la rétrospective de l’enquête faite par Sherlock Holmes, elle permet de nous éclaircir sur certains éléments que nous n’avons pas compris.

Sherlock Holmes est un personnage fascinant, un enquêteur atypique naviguant entre mystère et obsession, avec un sens aigu de l’observation et de la déduction.

Le texte n’est pas du tout démodé alors qu’il date de plus d’un siècle. C’est un incontournable, un classique du genre.

Pour moi le chien des Baskerville est le plus réussi de la série holmésienne.

Résumé de l’éditeur :

Une malédiction pèse sur les Baskerville, qui habitent le vieux manoir de leurs ancêtres, perdu au milieu d’une lande sauvage : quand un chien-démon, une bête immonde, gigantesque, surgit, c’est la mort.
Le décès subit et tragique de Sir Charles Baskerville et les hurlements lugubres que l’on entend parfois venant du marais, le grand bourbier de Grimpen, accréditent la sinistre légende.
Dès son arrivée à Londres, venant du Canada, Sir Henry Baskerville, seul héritier de Sir Charles, reçoit une lettre anonyme : « Si vous tenez à votre vie et à votre raison, éloignez-vous de la lande. » Malgré ces menaces, Sir Henry décide de se rendre à Baskerville Hall, accompagné de Sherlock Holmes et de son fidèle Watson.
Roman captivant, angoissant, Le Chien des Baskerville  est l’une des plus célèbres aventures de Sherlock Holmes.

Arthur Conan Doyle – Le chien des Baskerville (Le Livre de Poche 1969, 1972, 1987), (Pocket 1992), (Gallimard 2001),  traduit par  Bernard Tourville.

Son titre original est « The Hound of the Baskervilles » (1902).

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleine

Le Crime d’Halloween

Chronique :

Ce roman que l’on retrouve également sous le titre la fête du potiron est un des derniers romans mettant en scène le détective Hercule Poirot. On y retrouve la plume d’Agatha Christie. Toutes les descriptions sont fabuleuses. Ce petit village anglais où tout le monde se connaît et sais tout sur ses voisins est parfait pour l’ambiance bucolique du roman. le-crime-dhalloween

Comme souvent avec Agatha Christie on a du mal à trouver le coupable. Trouver l’assassin de la jeune Joyce qui a été noyé dans une bassine d’eau lors d’une fête d’Halloween, revient à mettre à jour un meurtre qui s’est passé de nombreuses années auparavant. Mais rien n’est impossible pour un détective si avisé qu’est Poirot. C’est vrai que le dénouement n’est pas des plus évident et semble assez inattendu.

En tout cas on passe toujours un bon moment avec Agatha Christie quelque soit le roman ou l’histoire. C’est un livre parfait pour cette saison.

Résumé de l’éditeur :

Le 31 octobre, les sorcières s’envolent sur leur manche à balai : c’est Halloween, la fête du potiron. A cette occasion, Mrs Drake a organisé une soirée pour les « plus de onze ans ». Les enfants participent aux préparatifs, sous l’œil nonchalant de Mrs Oliver, qui croque son éternelle pomme. « Savez-vous que j’ai eu l’occasion d’assister à un vrai meurtre ? » se vante Joyce, une fillette à la langue bien pendue, devant la célèbre romancière. Tout le monde lui rit au nez : Joyce ne sait plus quoi inventer pour se rendre intéressante. La fête est un succès, et les enfants font un triomphe au jeu du Snapdragon qui clôt la réception. Tous les enfants ? C’est en rangeant la maison, après le départ des invités, que l’on découvre le cadavre de la petite Joyce dans la bibliothèque. Bouleversée, Mrs Oliver fait aussitôt appel à son ami, le grand Hercule Poirot.

Agatha Christie – Le Crime d’Halloween (Le Masque 1971, 1998, 2002, 2012), (Le Livre de Poche 2001, 2009) traduit de l’anglais par Janine Lévy.

Son titre original est « Hallowe’en Party » (1969).

 etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-videetoile-vide