Kabukicho

Un grand merci aux éditions Viviane Hamy pour cette lecture.

Chronique :

Kabukicho est le dernier roman de Dominique Sylvain. Direction le Japon dans un quartier sulfureux de Tokyo. Autant le dire de suite, j’adore Dominique Sylvain, depuis son premier roman Baka jusqu’à celui-ci. Je suis vraiment conquis. couverture Kabukicho.indd

Tout d’abord on fait la connaissance de Yudai, le charismatique N°1 des hôtes et gérant du Café Château. Puis de Kate Sanders une belle anglaise, qui est l’hôtesse la plus en vue du Club Gaïa. Malgré le milieu dans lequel ils baignent, ces deux là sont faits pour s’entendre et vont devenir de très bons amis. Mais Kate vient à disparaître. Son père Jason Sanders qui vit en Angleterre reçoit un mystérieux MMS accompagné d’une phrase inquiétante. Il s’inquiète à juste titre et décide de venir au Japon pour la retrouver. Sur place il va faire  connaissance avec sa colocataire Marie une jeune française. S’en suivra une enquête très complexe pour le capitaine Yamada, qui sera chargé d’enquêter sur la disparition de la jeune femme.

Kabukicho est un quartier sombre mais lumineux, constitué de bars, de love hôtels, de soaplands et autres bordels. C’est un quartier où règnent en maître les yakuzas et la mafia japonaise. On se retrouve vraiment plongé dans ce pays avec ses codes, ses secrets, ses règles et ses relations. Comme le résume bien l’auteur dans le livre « Le Japon est une gigantesque usine à règles »…

La construction de l’intrigue est parfaite, Dominique Sylvain a choisi d’alterner les points de vue des différents protagonistes et de faire des chapitres assez courts. On sent bien que l’auteur nous transmets sa connaissance et sa culture du Japon, pays dans lequel elle a habitée plusieurs années. Ce qui rend d’ailleurs le récit très réaliste.

Ce roman est une véritable réussite, l’histoire est passionnante, je vous invite à plonger dans l’univers nippon de Dominique Sylvain, vous ne serez vraiment pas déçu.

Résumé de l’éditeur :

À la nuit tombée, Kabukicho, sous les néons, devient le quartier le plus sulfureux de la capitale nipponne. Au coeur de ce théâtre, les faux-semblants sont rois, et l’art de séduire se paye à coup de gros billets et de coupes de champagne. Deux personnalités dominent la scène : le très élégant Yudai, dont les clientes goûtent la distinction et l’oreille attentive, et Kate Sanders, l’Anglaise fascinante, la plus recherchée des hôtesses du Club Gaïa, l’un des derniers lieux où les fidèles apprécient plus le charme et l’exquise compagnie féminine que les plaisirs charnels.
Pourtant, sans prévenir, la jeune femme disparaît. Le piège de Kabukicho s’’est-il refermé ? À Londres, son père reçoit sur son téléphone portable une photo où elle apparaît, les yeux clos, suivie de ce message : « Elle dort ici.» Bouleversé, mais déterminé à retrouver sa fille, Sanders prend le premier avion pour Tokyo, où Marie, colocataire et amie de Kate, l’aidera dans sa recherche. Yamada, l’imperturbable capitaine de police du quartier de Shinjuku, mènera quant à lui l’’enquête officielle.
Entre mensonges et pseudo-vérités, il sera difficile de démêler les fils d’une manipulation démoniaque ; pour le plus grand plaisir du lecteur.

Dominique Sylvain – Kabukicho (Viviane Hamy 06/10/2016)

etoile-pleineetoile-pleineetoile-pleineetoile-a-moitie-pleineetoile-vide

Publicités

Une réflexion sur “Kabukicho

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s